Psychomotricité

Jessica Mou 

          La psychomotricité est une méthode thérapeutique à médiation corporelle qui s'adresse à

un large public (allant du bébé jusqu'aux personnes âgées). Elle considère les interactions entre les fonctions motrices ( variations de tonus, postures, mouvements… ), et l'état psychique (émotions, compréhension, imagination, intention, inconscient …) ainsi que l'environnement de la personne.

          Elle observe la façon dont ces interactions  se manifestent sur le plan corporel et influencent

le mouvement.

          Le corps constitue donc la base du travail en psychomotricité.

          La psychomotricité stimule les ressources de la personne, l'amenant à mieux se connaître et

à trouver en elle-même la clé de son développement.

           Elle améliore l'équilibre entre corps et esprit et contribue ainsi à son mieux-être physique, psychique et social de l'individu.

 

               La psychomotricité permet de développer :

                               - Les habilités motrices,

                               - L'autonomie,

                               - Les compétences sociales,

                               - La confiance en soi et les autres,

                               - La capacité à gérer ses émotions,

                               - La concentration,

                               - et tout simplement le plaisir de se mouvoir et s'exprimer.

 

             Comment travaille le psychomotricien ?

  

           Le psychomotricien est un auxiliaire médical, il exerce donc sur prescription médicale. La profession est encadrée par un décret de compétence inscrit dans le code de la santé publique.

           Il est formé à diverses approches, techniques et méthodes destinées à solliciter le patient sur

le plan corporel et instaurer avec lui une relation thérapeutique d'alliance. Une des spécificités du psychomotricien réside dans l'attention et le sens donné aux manifestations corporelles du patient.

           La thérapie psychomotrice a une action globale qui utilise les possibilités de mouvement, d'expression et de relation. Elle vise la rééquilibration du lien psychocorporel en prenant en compte les dimensions : corporelle, cognitive, affective et identitaire.

            La prise en charge en psychomotricité passe dans un premier temps par la passation d'un bilan psychomoteur. Celui-ci permet de faire un point sur les compétences et les fragilités de la personne dans les différents domaines psychomoteurs. Il est essentiel dans la mise en place des

axes de prise en charge ainsi que du projet thérapeutique.

            Par la suite les séances de psychomotricité se font à l'aide de médiation où les corps à une place centrale (jeux, danse, arts plastiques, parcours psychomoteur, musique, relaxations etc...)

  

                   Pour qui et quels sont les motifs de consultation?

          Dans le cadre du dépistage, de la prévention, du soin curatif ou palliatif, le psychomotricien s'adresse à des personnes de tous âges présentant des difficultés dans leur organisation psychomotrice et leur vie relationnelle. Les difficultés d'adaptation, d'apprentissage ou les troubles

du comportement peuvent être d'origine somatique ou psychique. Ils sont parfois liés à des

maladies, déficiences, handicaps ou dégénérescences.

           Les soins en psychomotricité sont destinés à tous les âges de la vie. Ils peuvent concerner :

                             - Le bébé, le jeune enfant, présentant un retard sans ses acquisitions psychomotrices, qui  a des troubles du lien et des interactions, ne joue pas, trouble de l'oralité, syndrome génétique …

                              - L'enfant ou l'adolescent qui ;

                                               - est en retrait "dans sa bulle", ne s'intéresse pas à son environnement, accède avec difficulté aux apprentissages, a des fragilités scolaires,

                                                - bouge sans répit, grimpe partout, ayant des difficultés d'attention et de concentration,

                                                - présente des troubles graphomoteurs, de motricité fine,

                                                - présente des troubles de la latéralité, s'organise mal dans l'espace et le temps,

                                                - est maladroit, fait tomber les objets, se cogne, tombe souvent, s'adapte mal à l'espace,

                                                - semble trop rigide, hypertonique, bégaie ou à des tics,

                                                - a une dévalorisation excessive et trouble de l'image du corps.

                                     

                               - L'adulte qui :

                                                - a une image négative de son corps, un manque de confiance en soi,

                                                - se sent angoissé, stressé, anormalement fatigué,

                                                - a des douleurs,

                                                - présente des difficultés d'adaptation liées à un handicap.

                              - La personne âgées : 

                                                - présentant des troubles de l'équilibre avec ou sans chutes,

                                                - dont l'autonomie est altérée dans les actes de la vie quotidienne,

                                                - ayant des troubles de la mémoire, des troubles du comportement (repli, agitation... )

                                                - avec des douleurs chroniques,

                                                - troubles de l'image du corps, dévalorisation.

                                - Toute personne atteinte de pathologie spécifique : 

                                                  - handicaps moteurs, neurologiques (AVC), intellectuels, sensoriels,

                                                  - syndromes génétiques,

                                                  - maladies neuro-dégénératives, maladie d'Alzheimer et apparentées,

                                                  - troubles du spectre autistique, pathologies psychiques,

                                                  - troubles du sommeil, troubles des conduites alimentaires,

                                                  - troubles psychosomatiques, maladies graves …

 

Tarifs :

Bilan psychomoteur (4 séances)  165 euros

(entretien, passation, rédaction, restitution)

Séance de psychomotricité  au cabinet : 40 €  durée: 45 minutes

(bébé, enfant, adolescent, adulte)

Séance à domicile : 55 €  durée : 45 minutes 

Prise en charge: 

Les psychomotriciens exercent leur art sur prescription médicale (code de la santé publique - Article L4332-1)

 

En tant que professionnel de santé, les psychomotriciens fixent le montant de leur honoraire dans le respect du tact et de la mesure. Ils ne font pas l'objet d'un remboursement par l'assurance maladie (code de la santé publique - Article R1111-24)

 


Aides possibles:

 

Plusieurs mutuelles, auprès desquelles il est utile de se renseigner, prennent en charge une partie des frais.

Sous condition de ressources, il est aussi possible de constituer auprès de l'assistante sociale de la CPAM, un dossier de demande de prise en charge au titre des prestations extra-légales.

Les patients pris en charges par la MDPH peuvent bénéficier d'une extension d'aide participant à la couverture des frais d'honoraires en psychomotricité.

Prise de rendez-vous :

                                     Pôle Santé Equilibre – 04 71 63 77 80